Pachamama signifie "Terre mère" ou "Terre nourricière" en Quechua. Elle est associée pour les communautés andines à la fertilité, à la fécondité, donc à une femme et une mère qui prodigue bienfaits et soins, et nourrit ses enfants.

Cérémonie à la PachamamaLe terme Pachamama vient des mots Quechuas « pacha », qui signifie à la fois « terre » et « temps », et « mama », « mère ». Mère du Temps donc, peut-être parce que liée au rythme des saisons ? On l’imagine fréquemment sous la forme d’une femme, dont l’âge peut varier suivant les régions. Elle est la déesse-terre dans la religion des amérindiens d’Amérique du Sud. La Terre-Mère des hommes, des bêtes et des plantes était considérée comme un être vivant, il convenait donc de la respecter et de lui offrir des offrandes. Elle est invoquée en tant que « patronne » de tout ce qui existe sur et sous la terre.

Machu Picchu au PérouAu cœur des Andes, à quelque 4 000 mètres d’altitude, s’étend l’Altiplano, le haut plateau que se partagent Bolivie, Pérou, Argentine et Chili. Au milieu de cette plaine immense s’épanouit sur plus de 8 000 km² le lac Titicaca. D’une beauté majestueuse, la nature est ici rude et peu généreuse. Pourtant, depuis des millénaires, les hommes tirent leur subsistance de ces sols infertiles, et de grandes civilisations y ont édifié des cités extraordinaires comme celles de Machu Picchu ou de Tiwanaku. Habitant entre terre et ciel, les peuples de cette région partagent une vision du monde intimement liée au sacré. Les actes de la vie quotidienne sont toujours précédés de rituels bien définis, dont l’origine remonte à la nuit des temps. Mais, inévitablement, des modes de vie et des traditions sont en voie de perdition.

Quechuas de l'AltiplanoSelon la légende, les premiers hommes sont apparus sur les rives du lac Titicaca. Ils vénéraient les dieux qui leur avaient donné la vie : « Inti » le Soleil et « Pachamama » la Terre-Mère. Les nombreuses découvertes archéologiques effectuées sur l’Altiplano ont permis de comprendre l’importance que représentaient ces divinités pour les peuples anciens, dont les Incas. Certains de leurs rites subsistent encore dans la culture traditionnelle de la population andine. Ils se sont mélangés au fil du temps à ceux de la religion catholique imposée par les conquistadores.

Musée de La PachamamaUn cocktail hétéroclite qui semble alimenter la ferveur. Pour les amérindiens, largement majoritaires dans toute la région, terre, hommes et animaux font partie de Pachamama, qui règne sur toute chose. Tous les actes impliquant la communauté débutent par une cérémonie en son honneur. Et les feuilles de coca créées par Inti pour apaiser la soif, la faim et la fatigue ne manquent jamais. Les Indiens les utilisent comme outil de passage entre le monde des dieux et celui des hommes. La coca constitue l’élément le plus important de la vie sociale dans les Andes. On en offre aux dieux mais aussi à ses voisins ou même aux autorités pour solliciter un service ou une aide.

Dans le Nord du Chili mais surtout dans le Nord Ouest de l’Argentine vous aurez l’occasion de vous familiariser avec des traditions, des croyances et des modes de vie millénaires. En effet les rituels liés à la Pachamama sont très présents dans les provinces de Salta, Jujuy notamment.

Si vous franchissez la frontière bolivienne, la Pachamama ne sera que plus présente encore…

Me consulter pour un voyage