Le Fitz Roy, qui fut baptisé “Chaltén” par les Indiens Tehuelches, ce qui signifie “pic bleu”, et le Cerro Torre sont des pics granitiques qui se dressent à la limite Nord du Parc National de Los Glaciares.

Le Sud de l’Argentine, qui confine au Chili, constitue l’un des plus beaux paysages du monde. Les massifs montagneux des Andes, et leurs glaciers géants, voisinent avec les immenses et sauvages étendues de la Patagonie. On se sent bien seul dans ce paysage.

Les “villes”, qui sont en fait des villages répartis autour d’une station d’essence, sont largement espacées, les Estancias cachées et le trafic routier sur la Ruta 40 bien réduit.

Et la nature n’est guère accueillante : une flore sans arbre ou presque, des épineux en guise d’herbe, une faune agréable à voir mais souvent peu visible, et un climat venteux comme sur l’Océan avec des vents d’Ouest réguliers particulièrement soutenus.

Le massif du Fitz Roy est un lieu d’escalade très réputé y compris pour les européens. C’est une montagne mythique et vertigineuse. Inutile de la grimper pour s’en rendre compte… un simple trekking au pied de cette paroi verticale et vous vous sentirez minuscule.

Malgré son altitude modeste (3 405 mètres soit 400 mètres de moins que l’Aiguille du Midi, accessible, elle, en téléphérique…), c’est l’une des montagnes les plus difficiles à escalader au monde. Les conditions techniques sont extrêmement difficiles, le granit compact offre peu de prises, accentuées par le vent et le froid.

Les formes de ces pics-tours, les Cerro, sont très pures. Plusieurs glaciers s’immiscent entre les pics tandis que de nombreux lacs (dont le très beau Lago Torre, enchâssé au pied du Cerro Torre dans un décor de rêve) parsèment le paysage.

Aller voir le Fitz Roy n’est pas une mince affaire. Ici, on est loin de tout, à des centaines de kilomètres de Rio Gallegos en Argentine ou de Puerto Natales au Chili. Il y a bien un village, El Chaltén, que certains ont cru pouvoir comparer à Chamonix. Si ce n’est que la petite bourgade d’El Chaltén ne compte, au pic de la saison estivale, que 300 habitants, et en hiver c’est un village fantôme… Mais c’est le lieu de passage obligé et de rassemblement des rares alpinistes qui ont le courage de tenter l’ascension de ces pics sauvages.

C’est bien ici la capitale du trekking national. De nombreuses randonnées splendides pour observer le Fitz Roy sous tous les angles et en toute sécurité…

Me consulter pour un voyage