Une frontière fragile entre l’Argentine et le Chili

Une frontière fragile entre l’Argentine et le Chili

L'Argentine et le Chili ont une frontière commune de près de 3 500 km. Il y a quelque chose d'étrange dans cette frontière qu'est la Cordillère des Andes

Une frontière fragile entre l’Argentine et le Chili

L'Argentine et le Chili ont une frontière commune de près de 3 500 km. Il y a quelque chose d'étrange dans cette frontière, limite administrative entre deux pays longtemps fondus dans un même ensemble.

L'Argentine et le Chili ont une frontière commune de près de 3 500 km. Il y a quelque chose d'étrange dans cette frontière qu'est la Cordillère des Andes

Frontière Chili ArgentineLe tracé de la frontière entre le Chili et l’Argentine a été un casse-tête pour les géographes et les diplomates. Nommé par les géographes anciens “Tierra Magallanica, de los Patagones y los Cesares”, les Terres Magellaniques, des Patagons et des Césars.

Dès le lendemain de l’indépendance de ces deux nations (respectivement en 1818 et 1816) et tout au long du 19ème siècle, ce ne furent que tensions, menaces, risques d’intervention militaire. La signature, en 1881, d’un traité offrait un compromis fragile à peu près satisfaisant pour les deux pays. La cordillère des Andes servit de frontière naturelle sur près de 3 500 km, mais ni le Chili, ni l’Argentine n’obtinrent l’accès souhaité aux deux océans. On a établi un tracé à grand coup de sabre, sans se soucier des détails. Et à l’échelle de l’Amérique, un détail équivaut à des territoires immenses, grands comme des départements en Europe.

Au Chili, le Pacifique, à l’Argentine, l’Atlantique. Grosso-modo, on trancha ainsi. Et entre les deux, à la pointe extrême de l’Amérique du Sud, ce que Coloane appelle “la queue du continent”, un partage territorial qui coupe la Terre de Feu en deux morceaux juxtaposés. Plusieurs erreurs géographiques et diplomatiques furent commises dans ce long et laborieux partage de terres sud-américaines, et dans le tracé des frontières, ce qui inspira à Don José Miguel Yrrazaval un livre très critique, paru en 1930.

A quarante kilomètres plus au sud de Futaleufú, la région de Palena était encore disputée en 1965 par les chiliens et les argentins, sous l’arbitrage de la Grande-Bretagne. Du temps de la dictature de Pinochet, les deux pays étaient sur le pied de guerre. Il fallut faire appel au pape Jean-Paul II qui servit de médiateur “symbolique” entre Santiago et Buenos Aires. Au Chili, la moindre histoire des frontières représente un livre d’au moins cent pages !

Chemin vers la frontièreDe nos jours, le passage d’un pays à l’autre demande du temps et peut être souvent fastidieux. Tout le long de la Cordillère des Andes, les points de passage sont multiples. Il y a bien sûr tous les postes importants basés sur les grands axes, mais il existe surtout tous les petits postes douaniers très pittoresques, perdus au somment d’un col, au bout d’une piste, comme sortis de nulle part.

Route australe au ChiliCôté Chilien, le grand défit du Général Pinochet fut de construire, la Carretera Austral (“la route australe”), une route caillouteuse qui traverse en zigzag la Patagonie chilienne sur près de 1200 km du nord au sud et pour ainsi pouvoir cheminer comme un oiseau migrateur vers le bout du monde, sans devoir passer par l’Argentine. Ces travaux colossaux coutèrent la vie à beaucoup d’ouvriers (il suffit de regarder une carte de la Patagonie chilienne et de tous ses fjords).

Bahia Exploradores Route australe ChiliSur la carte routière de la Patagonie, la bourgade de Villa O’Higgins est représentée par un petit point posé sur les rives d’un lac, au bout d’un trait mince comme un fil, un interminable pointillé figurant la Carretera Austral. C’est net. Le chemin ne va pas plus loin. A l’est, les terres chiliennes bordent la frontière de l’Argentine. Au sud, le lac Villa O’Higgins se termine au pied d’une masse glaciaire immense et blanche, avec des reflets bleus : le “Campo de Hielo Sur”. Ce ne sont pas quelques glaçons que l’on met dans un verre à l’heure de l’apéritif, mais bel et bien un territoire congelé, aussi grand que trois départements français. Une autre planète, froide et inhospitalière, longue d’environ 300 kilomètres du nord au sud.

En contemplant cette barrière infranchissable, du moins en apparence, serrée entre la Cordillère des Andes et l’océan Pacifique, découpée en une multitude de fjords et d’îlots. Tout cela ressemble bien à un cul-de-sac, le passage par l’Argentine semble être l’unique solution pour poursuivre plus au sud.

A moins que…

Me consulter pour un voyage

Patagonie

En Patagonie, le printemps est la saison de la fonte des neiges et de l'éclosion d'une myriade de fleurs (sabot-de-Vénus, boutons-d'or, orchidées de montagne, etc.). C'est aussi l'époque où, dans les estancias, on se prépare au gros travail de la tonte des moutons. La saison touristique débute à la fin du printemps mais la plupart des voyageurs préfèrent l'été austral, c'est-à-dire jusqu'en février. A cette période, toutes les routes sont dégagées, les aéroports sont ouverts et le calendrier des réservations hôtelières est extrêmement chargé. En automne, le plateau et les montagnes de Patagonie se métamorphosent. Le feuillage des peupliers qui entourent les estancias isolées prend une somptueuse teinte dorée, tandis que sur les hauteurs, les hêtres virent au rouge et au jaune avant de se dépouiller de leur parure. L'air devient plus frais et les touristes se font rares. Le piémont andin, de San Martin de los Andes à Bariloche, se transforme alors en un véritable paradis. Dans l'extrême Sud, le parc naturel des Glaciers ferme en hiver austral et les vastes plaines entrent en léthargie. Seules les stations de ski sont prises d'une activité fébrile : San Martin de los Andes, San Carlos de Bariloche, Esquel et même Ushuaia attirent chaque année des milliers d'amateurs. Le Rio Colorado forme la limite Nord de la Patagonie en Argentine. La steppe, ou le "désert" selon l'expression consacrée en Argentine, commence encore plus au Nord et s'étend sans interruption sur la Patagonie intérieure et côtière jusqu'au détroit de Magellan. La haute vallée du Rio Negro, qui coule au Sud du Rio Colorado, est une véritable oasis ; le contraste entre cette bande d'agriculture intensive et le désert environnant est saisissant. Les principales villes de cette région sont Neuquén, Cipoletti et Roca, sur la RN 22. A proximité de la côte Atlantique, les villes jumelles de Carmen de Patagones et Viedma sont séparées de Neuquén par 540 km. On suivra le Rio Negro en empruntant successivement la RN 22 et la RN 250, le long desquelles alternent portions de désert et étroites bandes cultivées. Fondées en 1779 par les espagnols, Carmen de Patagones est une des pus anciennes villes de Patagonie. Non loin de Viedma, les grottes dans lesquelles s'abritaient les premiers colons sont ouvertes à la visite. Sur la côte, à la hauteur de l'estuaire du Rio Negro, vit une des nombreuses colonies de lions de mer du littoral patagon. Et c'est du port de San Antonio Oeste qu'est exporté l'ensemble de la production de la vallée du Rio Negro. Vous l'aurez compris, Borispatagonia vous réserve les meilleurs sites touristiques pour votre voyage en Argentine et au Chili, vous aurez aussi les prix pour un voyage en Patagonie.