Comment visiter la région San Pedro de Atacama ?

Comment visiter la région San Pedro de Atacama ?

Voici mes conseils pour que vous puissiez visiter la région San Pedro de Atacama. Optimisez votre séjour, ne ratez pas les sites moins connus.

Comment visiter la région San Pedro de Atacama ?

San Pedro de Atacama est une région exceptionnelle ; douce et rugueuse à la fois...

Voici mes conseils pour que vous puissiez visiter la région San Pedro de Atacama. Optimisez votre séjour, ne ratez pas les sites moins connus.

La région San Pedro de Atacama est une petite oasis, dans le Nord du Chili, qui est coincée entre la Bolivie, et l’Argentine. Lors d’un voyage au Chili, c’est un point de passage obligé. Ce gros village de 5 000 âmes, est toute l’année pris d’assaut par des touristes du monde entier et de profils divers.

Village de AtacamaEn effet, San Pedro de Atacama offre une gamme variée d’hébergements : des centaines de “hostal” (maison de jeunesse), petite structure 3*, des hébergements de charme et aussi de superbes hôtels 5* plus éloignés du centre. Il y en a pour tous les gouts. Ce village se compose d’une soixantaine d’agences locales, qui sont là pour vous proposer, à priori, les mêmes excursions. Choisir sera difficile et elles feront tout pour vous convaincre. Pas évident de savoir où donner de la tête lorsque l’on arrive ici, surtout si vous arrivez sans rien avoir réservé.

Comment organiser son voyage ? Où dormir ? Quelles excursions faire ? Combien de temps prévoir ? Quand y aller ? Toutes ces questions, je vais vous aider à vous donner mon point de vue, connaissant très bien la région.

Concernant l’hébergement, tout dépend de votre budget bien sûr. Ce qui est certain, la plupart des excursions se déroulant en altitude, à environ 4 000 mètres voir plus, le corps est mis à rude épreuve. Le climat de San Pedro de Atacama est agréable mais très sec. Pas mal de poussières également… Donc avoir un certain confort le soir est, je pense, essentiel. Surtout qu’il y a vraiment pas mal d’hôtels très sympas.

Aussi ce que peu d’agences vous diront, ici il y a souvent des coupures électriques et parfois d’eau également. Donc bien souvent, les hôtels d’un certain standing, ont leur prendre indépendance à ne niveau là, et donc vous assureront tous ces services en cas de coupures électriques ou d’eau dans le village. Je pense qu’il faut donc bien choisir pour le coup son hôtel et ne pas trop essayer d’économiser sur ce secteur de dépenses.

Salar de AtacamaSan Pedro de Atacama peut se visiter toute l’année. Je conseillerais d’éviter les mois de janvier et février, beaucoup de monde en général. Également car le phénomène de l’hiver bolivien frappe en général cette région vers fin janvier / février. Il se peut alors que des routes soient coupées, risque d’inondations, tempêtes de neige en altitude. En hiver, ici, les températures sont bien plus basses. Surtout les mois de juin et juillet. Les couleurs seront très belles mais il faut venir préparé. Mes mois préférés sont ceux d’octobre et novembre. Les températures sont plus douces, vous pourrez profiter de la piscine de votre hôtel (en hiver impossible) et toutes les lagunes et Salar compteront bien plus de quantité de flamands roses. Pour les photos c’est quand même bien sympa…

Pour les excursions, je vous déconseille de réserver sur place un peu au hasard. En effet vous ne serez vraiment pas par quel tour passer car tous vous promettent les même choses et vous pourrez être très déçu. Les paysages qui vous attendent sont de toutes beautés, et les voir dans de bonnes conditions est essentiel je trouve. Vous pouvez tomber sur une agence, qui vous fournira un mauvais véhicule, un mauvais guide, sans parler des agences qui vous propose des tours avec un bus pour 30 personnes… Ici c’est un peu comme le supermarché des excursions. Il vaut mieux réserver à l’avance, et avec un programme équilibré (en me contactant par exemple ! 🙂 ).

Volcan Licancabur dans la région AtacamaSan Pedro se trouve à 2 440 mètres d’altitude. De nombreux volcans vous tendent les bras. Le plus symbolique est bien sûr le Licancabur. Son ascension est possible d’ailleurs, si vous voulez friser les… 6 000 m ! Pour la première ou deux premières journées, je vous conseille de commencer par des excursions qui ne vous conduiront pas trop haut en altitude, pour ainsi vous acclimater. Sauf bien sûr si vous arrivez ici via l’Argentine ou la Bolivie, et donc où vous aurez déjà passer des journées à plus de 4 000 m.

Donc, pourquoi ne pas commencer par le grand classique ?? : le coucher de soleil sur les vallées de la Lune et de la Mort est une très bonne introduction et vous mettra dans le vive du sujet. Attendez vous à voir beaucoup de monde… Je ne peux vous recommander que de revenir ici le matin par exemple, ou les lieux seront vides tout simplement.

Il y a beaucoup d’options possibles pour la deuxième journée en évitant de monter en altitude. Je vous donne pêle-mêle quelques idées : Découvrir bien entendu le salar d’Atacama (le plus grand du Chili), la lagune Chaxa, qui abonde de flamants roses (en grande quantité entre octobre et fin mars), la lugune Cejar un ensemble de trois lacs qui sont situés en plein cœur du Salar, les “ojos del salar”, deux lagunes jumelles, où il est également possible de se baigner. Enfin, la lagune Tebenquiche, connu pour pouvoir apprécier le reflet de la Cordillère des Andes dans ses eaux, au couché du soleil.

Mon coup de cœur va pour la vallée de l’arc en ciel. Qui ressemble beaucoup aux paysages du Nord-Ouest de l’Argentine. Ensuite, il y a les fameuses lagunes altiplaniques. Mais 90 % des tours proposés s’arrêteront ici, alors qu’en poussant un peu les sites de Piedras rojas, le salar de Talar et la lagune Tuyacto feront parti du moment fort de votre voyage.

Pour les plus aventureux, je ne peux que recommander le salar de Tara ainsi que le salar de Pujsa, peu parcouru. Selon les locaux, ce désert de sel est le plus beau de la région. Le mieux sera de faire comme moi, et de vous y rendre pour en tirer votre propre conclusion. De nombreux flamants roses à partir d’octobre. Si vous ne connaissez pas la Bolivie, pourquoi pas ne pas y faire un saut ? En une journée vous avez le temps d’aller voir le “grall” en matière de lagunes : la lagune blanche, verte et colorée vous attendent de l’autre côté du Volcan Licancabur. La journée sera éprouvante mais proche d’un voyage sur Mars. Les Geysers de Tatio sont le grand classique de la région. Je suis toujours resté un peu sceptique devant le succès de cette excursion. Autant vous dire qu’il faut être motivé, car les températures frises les -20 degrés !

Église du Village d'Atacama ChiuchiuEnfin et surtout, parmi les choses moins connus mais absolument à faire, je ne peux que recommander une petite randonnée dans un des canyons proches de San Pedro de Atacama, une sortie à cheval dans la vallée de la mort, la visite du village de Chiuchiu avec son église, reconnue comme étant la plus ancienne du Chili et très particulière (construite en 1540), en soirée allez observer la voie lactée dans un des observatoires de la région.

Vous l’aurez compris, la région San Pedro de Atacama réserve bien des secrets et de belles surprises ! Je serai heureux de vous y organiser un séjour…

Me consulter pour un voyage

PATAGONIE

En Patagonie, le printemps est la saison de la fonte des neiges et de l'éclosion d'une myriade de fleurs (sabot-de-Vénus, boutons-d'or, orchidées de montagne, etc.). C'est aussi l'époque où, dans les estancias, on se prépare au gros travail de la tonte des moutons. La saison touristique débute à la fin du printemps mais la plupart des voyageurs préfèrent l'été austral, c'est-à-dire jusqu'en février. A cette période, toutes les routes sont dégagées, les aéroports sont ouverts et le calendrier des réservations hôtelières est extrêmement chargé.En automne, le plateau et les montagnes de Patagonie se métamorphosent. Le feuillage des peupliers qui entourent les estancias isolées prend une somptueuse teinte dorée, tandis que sur les hauteurs, les hêtres virent au rouge et au jaune avant de se dépouiller de leur parure. L'air devient plus frais et les touristes se font rares. Le piémont andin, de San Martin de los Andes à Bariloche, se transforme alors en un véritable paradis. Dans l'extrême Sud, le parc naturel des Glaciers ferme en hiver austral et les vastes plaines entrent en léthargie. Seules les stations de ski sont prises d'une activité fébrile : San Martin de los Andes, San Carlos de Bariloche, Esquel et même Ushuaia attirent chaque année des milliers d'amateurs.Le Rio Colorado forme la limite Nord de la Patagonie en Argentine. La steppe, ou le "désert" selon l'expression consacrée en Argentine, commence encore plus au Nord et s'étend sans interruption sur la Patagonie intérieure et côtière jusqu'au détroit de Magellan. La haute vallée du Rio Negro, qui coule au Sud du Rio Colorado, est une véritable oasis ; le contraste entre cette bande d'agriculture intensive et le désert environnant est saisissant. Les principales villes de cette région sont Neuquén, Cipoletti et Roca, sur la RN 22.A proximité de la côte Atlantique, les villes jumelles de Carmen de Patagones et Viedma sont séparées de Neuquén par 540 km. On suivra le Rio Negro en empruntant successivement la RN 22 et la RN 250, le long desquelles alternent portions de désert et étroites bandes cultivées. Fondées en 1779 par les espagnols, Carmen de Patagones est une des pus anciennes villes de Patagonie.Non loin de Viedma, les grottes dans lesquelles s'abritaient les premiers colons sont ouvertes à la visite. Sur la côte, à la hauteur de l'estuaire du Rio Negro, vit une des nombreuses colonies de lions de mer du littoral patagon. Et c'est du port de San Antonio Oeste qu'est exporté l'ensemble de la production de la vallée du Rio Negro. Vous l'aurez compris, Borispatagonia vous réserve les meilleurs sites touristiques pour votre voyage en Argentine et au Chili, vous aurez aussi le juste prix pour un voyage en Patagonie.