J'ai voulu vous sélectionner 10 endroits insolites en Argentine, où les autres ne vont pas. Insolite ne veux pas forcément dire immanquable, quoi que... Des endroits où je suis passé plusieurs fois et qui m'ont à chaque fois marqué.

Ce que j’aime beaucoup ici en Argentine, ce sont ces innombrables lieux où l’on se retrouve complètement seul au milieu de paysages naturels extraordinaires. Escapades idéales pour un voyage de noces, pour un voyage aventure, pour tous ceux qui veulent sortir des sentiers battus… Alors, suivez le guide, c’est par ici qu’il faut aller :

  1. Piedra Parada

    Piedra Parada dans la province de Chubut en Patagonie Argentine

    C’est un voyage dans le temps que je vous propose, au cœur d’un volcan vieux de 40 millions d’années qui fut en activité durant près de 10 millions d’années. C’est une autre Patagonie. Au cœur de l’Argentine, méconnu de tous, même des Argentins eux-même. Plus de 25 km de diamètre, près de 50 000 hectares, où les roches, montagnes, canyons, grottes, peintures rupestres et arbres fossilisés sont là pour témoigner de tout ce passé.

     

    Il s’agit tout simplement d’un paradis pour les scientifiques, géologues, photographes, amoureux des espaces vierges. Et à Piedra Parada il y a vraiment très peu de touristes et c’est tant mieux… J’aime m’aventurer dans ces décors qui ont tant de secrets cachés.

    Il vous faudra un guide pour ne rien rater. Bien entendu la fameuse « Piedra Parada » et le canyon de la Butiera long de 6 km, qui est le plus grand des 36 canyons qui forment la région, sont les sites les plus simples d’accès. Mon site préféré se nomme « El Saltillo » où une baignade sera la bienvenue au cœur de l’été. Mais encore faut-il trouver l’accès et avoir un bon 4×4. Enfin, le passage par le canyon de « Los Loros » et par le fameux « Paso del Sapo » où les falaises sont impressionnantes et marquent comme une frontière naturelle venue d’un autre monde. Paradoxalement, à une centaine de kilomètres de là à vol d’oiseau, se trouve le parc national los Alerces avec des arbres millénaires, bien vivant ceux-là…


  2. Laguna Brava

    Laguna Brava dans la province de La Rioja en Argentine

    Vous souhaitez savoir à quoi pourrait ressembler la lune, et bien venez voir les paysages de Laguna Brava ! Ici ce sont encore des paysages à couper le souffle, peu de monde, une route de toute beauté et au bout, la Laguna Brava, le Grall du voyage, un endroit féérique ! Au programme : les spectaculaires Quebrada de la Troya et la Quebrada del Peñón, cette dernière est un canyon multicolore qui se trouve avant d’arriver à la « Laguna Brava » et ses colonies de flamants roses, à 4 350 mètres d’altitude.

     

    Laguna Brava se trouve à environ 200 km au Nord de Villa Unión. Une route asphaltée mène d’abord à Villa San José de Vinchina (où se trouve l’entrée du parc provincial), avant de laisser place à une piste sinueuse qui mène à la fameuse Laguna Brava. On passe alors assez vite de 1 200 à plus de 4 200 mètres d’altitude… Le lac, long d’une vingtaine de kilomètres, est bien évidemment d’une grande beauté, surtout depuis ses berges colorées d’où l’on admire de nombreuses espèces de flamants. Il faut de préférence un 4×4 pour pouvoir accéder au site, et surtout pour pouvoir sortir de la piste où se trouvent des points de vue vraiment spectaculaire. Un lieu exceptionnel !


  3. Serranía de Hornocal

    Serranía de Hornocal près de Humahuaca au Nord-Ouest de l'Argentine

    La Serranía de Hornocal, aux 14 couleurs (rien que ça !), est une chaîne de montagnes située à 25 kilomètres de la ville de Humahuaca. C’est certainement le plus bel endroit de toute la région, je vous conseille absolument d’y aller. Quand le soleil est bas, les couleurs sont époustouflantes. Le site se trouve quand-même à 4 350 mètres d’altitude, attention à ne pas courir donc ! Vous verrez pas mal de troupeaux d’alpagas qui ont la chance d’avoir ce paysage tous les jours devant leurs yeux ! Les flancs de ces montagnes sont en effet constitués de strates sédimentaires plissées en une succession de formes triangulaires aux multiples couleurs.

     

    L’ocre, le vert, le jaune, le blanc se déclinent en une trentaine de nuances. Les couches stratifiées situées plus bas créent un contraste saisissant par leurs couleurs chaudes allant du rouge vif au violet. La palette de couleurs varie selon le moment de la journée et la luminosité ambiante, atteignant sa pleine intensité lorsque le soleil commence à décliner. C’est pour cela que je vous conseille de vous y rendre en milieu d’après-midi, à partir de 16h. Le spectacle sera alors tout simplement inoubliable et les photos très réussies.


  4. Les chutes de Mocona

    Les chutes de Mocona dans la province de Misiones en Argentine

    Les incroyables et si peu connues chutes de Mocona se trouvent dans le Nord-Est de l’Argentine, en limite avec le Brésil. Il s’agit vraiment de mon coup de cœur pour cette région. Les chutes de Mocona sont les plus longues au monde : longues de 2 km avec une hauteur de 20 mètres, se jettent dans le fleuve Uruguay, face au Brésil, dans une faille longue de 3 km. Pour accéder aux chutes de Mocona, vous traverserez la province de Misiones et vous découvrirez cette région d’Argentine que l’on surnomme ici la « Tierra Colorada » (« terre colorée » ou « terre rouge »). Vous passerez par des charmants petits villages, hors du temps, où vous pourrez observer un art de vivre très différent.

     

    Les habitants de cette région sont, je trouve, les plus hospitaliers et gentils que l’on puisse trouver en Argentine. C’est vraiment incroyable. Vous longerez des cultures de maté le long de la Route Nationale 12 et cultures de thé le long de la Route Nationale 14. Durant tout votre voyage vous verrez un peu partout des argentins boire une boisson un peu curieuse, le maté. Cette plante se cultive ici, dans la région de Misiones.

    Une fois arrivé au parc provincial de Mocona, vous aurez la possibilité d’embarquer pour l’aventure : à bord d’un gros zodiac, vous serez au cœur des chutes de Mocona en entrant dans cette faille si impressionnante… Il y a quelques lodges dans les environs pour passer la nuit et profiter des bruits nocturnes émis par la faune de la jungle environnante. Le dépaysement est assuré et on est loin de la foule qui se trouve plus loin, en train de visiter les chutes d’Iguazú pour s’en aller ensuite, sans penser à visiter ces merveilleuses chutes de Mocona !


  5. Volcán Batea Mahuida

    Volcan Batea Mahuida en Patagonie Argentine

    Voici un endroit que j’aime beaucoup, Batea Mahuida, un « petit » volcan de 1 948 mètres d’altitude qui réserve bien des surprises. Il faut d’abord se rendre sur la petite ville de Villa Pehunia qui se trouve au bord du lac Alumine, à environ 6 heures de route depuis San Carlos de Bariloche, à quelques kilomètres seulement du Chili. Les décors sont surprenants et très différents de ce que l’on peut voir en allant plus au Sud ou au Nord. Ici c’est les Pehuenes qui sont rois, des arbres surprenants qui sont facilement reconnaissables, on y trouve des forêts entières, préservées. Le sol est sableux, et le lac Alumine abrite de nombreuses îles constituées de criques qui invitent toutes à la baignade en été.

     

    Le Volcan Batea Mahuida est la curiosité du secteur qu’il ne faut manquer en aucun cas. Pour jouir complètement de l’endroit il faut absolument un 4×4, car la particularité de ce volcan est que l’on peut atteindre son sommet avec un véhicule ! La piste est très pittoresque mais que dire de la vue et de la sensation de rouler sur le plateau de ce volcan en surplombant son cratère et sa lagune ?!… Le clou du spectacle est la possibilité d’observer pas moins de 10 volcans avec un ciel bleu dégagé : les volcans Callaqui, Sierra Velluda, Llaima, Villarrica, Lonquimay, Sierra Nevada, Copahue et Osorno côté Chili, mais également les volcans Lanín et Tronador côté Argentine. Sans oublier la vue plongeante sur les lacs et rivières du secteur. Vertigineux !


  6. Tolar Grande

    Le cône d'Arita près de Tolar Grande, dans la province de Salta en Argentine

    Voici un endroit que j’ai toujours adoré, Tolar Grande, c’est assez inexplicable tout ce que je ressens à chaque fois que je m’y rends. La première fois que j’ai découvert ce lieu, je peux dire que pas grand monde ne connaissait ce gros village. Tolar Grande ? Même les habitants de Salta ont du mal à situer l’endroit sur une carte. Tolar Grande, c’est un peu le mystère argentin, le lieu inatteignable du Nord-Ouest. C’est un voyage non conventionnel qui attend toutes les personnes qui entreprendront de découvrir ce lieu, et là encore le 4×4 est obligatoire pour s’y rendre… La route est splendide, elle longe pendant un très long moment les rails du train des nuages, jusqu’à joindre la ville de San Antoño de los Cobres, qui semble avoir été construite au milieu de nulle part.

     

    La route est encore longue, 3 bonnes heures de « no mans land » à 3 500 mètres d’altitude pour accéder (enfin) à Tolar Grande. Tolar grande est la porte d’entrée à des paysages lunaires, d’une autre galaxie. La première curiosité sera « Ojos de Mar », qui signifie littéralement les « yeux de la mer », il s’agit d’un plan d’eau au milieu d’un désert de sel. L’endroit est unique puisqu’il contient des bactéries à l’origine de la photosynthèse et de l’oxygène sur Terre… La bactérie de plus de trois milliards d’années, n’a survécu qu’à seulement 5 endroits sur Terre jusqu’à nos jours.

    Nous traverserons un tunnel creusé dans la montagne du temps où les mines étaient exploitées de ce côté de la cordillère. Aujourd’hui les compagnies minières préfèrent le versant chilien, car beaucoup plus proche de l’océan et donc de leurs clients. Le clou du spectacle est le fameux « cône d’Arita », un « petit » cône noir parfait posé au milieu de l’immensité blanche du Salar d’Arizaro, qui est le plus grand désert de sel d’Argentine. il ressemble à un phare pour naufragés des déserts de sel. Il est possible d’aller au sommet (250 mètres de dénivelés) pour profiter d’une vue panoramique sur cet incroyable décors et sur les volcans de la Cordillère des Andes : Llullaillaco, Socompa, les Cerro Pular et Cerro Aracar.

    Attention aux effets d’optique ! : le décor est tellement à une échelle XXL, que les diverses « attractions » paraissent bien plus proches que la réalité… Vous serez donc surpris de devoir marcher longtemps pour accéder à un point qui ne paraissait pas si éloigné à première vue. La démesure est vraiment réelle ici !


  7. Cascade Dora et Santa Ana

    Cascade Santa Ana près de Villa la Angostura en Patagonie Argentine

    Voici une randonnée que vous ne trouverez dans aucun guide et qui est pourtant exceptionnelle. On y découvre un final très insolite après une marche seulement connue de quelques locaux. Le point de départ de cette randonnée est déjà hors du commun : il se trouve à la frontière de l’Argentine et du Chili, à la hauteur de Villa la Angustura, au Nord de San Carlos de Bariloche. Le sentier démarre une fois passée la douane Argentine, dans un décor de film fantastique où les volcans, roches, montagnes, forêts entrecoupent les paysages. Une randonnée en Patagonie bien balisée et où vous êtes sûr de ne croiser personne. Je vous recommande fortement de partir au moins à deux personnes, de ne pas y aller seul.

     

    L’accès à la première cascade, la cascade Dora, est une mise en bouche. Après une bonne heure de marche, vous pourrez l’observer. Ensuite, le chemin s’enfonce dans une forêt de plus en plus dense, jusqu’à croiser une rivière qu’il faudra traverser à pied. Suivant la période de l’année, cette traversée peut être compliquée. Au cœur de l’été, vous mettrez toutes les chances de votre côté. En avant ou après saison, attention… le niveau de l’eau est conséquent et la température très froide.

    Mais la récompense n’est plus très loin. Le bruit de la cascade Santa Ana se fait sentir, et vous observerez enfin cette cascade au milieu d’un cirque naturel. La grande originalité du lieu est que vous pourrez suivre un sentier pour accéder à une grotte gigantesque et vous retrouver ainsi dernière la cascade. Une sensation indescriptible qu’ont dû ressentir les premier hommes, car c’est certain, des hommes ont vécu ici… La taille de la caverne est plutôt hors-norme : une centaine de mètres de longueur sur une vingtaine de profondeur. Une sorte d’énorme « gueule » ouverte sous la rivière et derrière la cascade Santa Ana, le tout en surplomb de la forêt et végétations humides. Très insolite !


  8. Les Étangs de l’Iberá

    Étangs de l'Iberá en Argentine

    Comme souvent en Argentine, encore un endroit difficile d’accès mais la récompense sera au bout, je vous le promets ! L’accès n’est possible qu’avec un 4×4 ou avec un petit avion… Les Étangs de l’Iberá, dans la province de Corrientes, au Nord-Est de l’Argentine, abrite un vaste réseau de marécages à la biodiversité passionnante et presque unique. S’étendant sur plus de 25 000 km², cette réserve naturelle est considérée comme la deuxième zone humide la plus grande du continent Américain après le Pantanal au Brésil. Avec un climat nettement subtropical, cette région offre un écosystème fascinant, avec une faune et flore riches et variées. En été, il y fait extrêmement chaud avec des températures pouvant dépasser les 45 degrés !

     

    Dans cette zone unique, on compte plus de 300 espèces d’oiseaux, 200 espèces animales et plus de 45 espèces d’amphibiens. Les plus emblématiques sont le singe hurleur, le fourmilier géant, le loup à crinière, le Capybara qui est le plus gros rongeur au monde, le cerf des marais, la loutre de rivière, le caïman, l’anaconda jaune (qui peut atteindre trois mètres de long), le Yarara (vipère très venimeuse), le piranha et bien d’autres encore… Un site idéal pour un safari-photo ! La végétation aquatique y est aussi luxuriante : jacinthe, nénuphar géant, algarrobo negro ou encore fleur de ceibo. Toute cette diversité est très facilement observable à bord de barques où des balades sont organisées avec des guides locaux à l’œil affuté, au départ de la petite ville de Colonia Carlos Pellegrini.

    Il faut noter que les « Étangs de l’Iberá » sont aussi des terres de gauchos, gardiens du bétail des estancias aux horizons interminables. Ils déplacent leurs troupeaux à travers les lagunes et étangs, pour regagner des terres sèches. C’est donc une destination hors sentier battue, avec un mélange de nature et de culture !


  9. Parc national Baritú

    Parc national Baritú dans la province de Salta au Nord de l'Argentine

    Voici le seul parc national tropical d’Argentine, coincé au Nord par la frontière avec la Bolivie. Également difficile d’accès, sa visite se mérite… Ici vous ne croiserez aucun touriste, quelques Argentins peut-être et c’est tout.

    Vous serez au cœur d’une forêt tropicale qui est le refuge de plusieurs espèces en voie d’extinction, comme le tapir, le puma, l’ours à lunettes, le cerf des Andes, le paresseux et le jaguar.

     

    Le parc national Baritú a été créé en 1974, et souligne encore une fois la richesse et la variété des écosystèmes que l’on peut trouver en Argentine. Nous sommes bien loin de la Terre de Feu et des paysages de glaces du Sud de la Patagonie. À vos appareils photos pour capturer en image cette forêt vierge et ses animaux que vous n’aurez probablement plus l’occasion de revoir !


  10. Parc national Perito Moreno

    Parc national Perito Moreno en Patagonie Argentine

    Pour terminer ce top 10 des sites naturels insolites, je devais finir en apothéose. Voici un endroit très peu fréquenté, un hommage rendu à la nature, une terre du bout du monde : le parc national Perito Moreno, à ne pas confondre avec le glacier porteur du même nom, qui se trouve lui bien plus au Sud.

    Ici, pas de glacier mais un parc magnifique ! Un très beau lac circulaire aux reflets turquoises somptueux, avec une presqu’île centrale, que l’on admirera en faisant la rapide ascension du Cerro León (2 heures aller-retour). Là, plus qu’ailleurs vous pourrez observer des guanacos forcément, peut-être un huemul (petit cervidé andin) et un puma avec beaucoup de chance.

     

    L’unique accès est via la fameuse route 40, qu’il faudra laisser et vous aventurer sur les 70 kilomètres de piste restants. Prudence, donc, avec au moins une roue de secours en bon état et beaucoup de patience, car les caractéristiques de cette piste (« ripio ») n’en font pas une route facile. En limite du parc, il existe quelques estancias pour vous loger. Ce sera l’occasion de faire du cheval dans un décor féérique. À une dizaine de kilomètres au-delà de la limite du parc s’élève l’imposant Cerro San Lorenzo, qui est le plus haut sommet de toute la province de Santa Cruz ainsi que de toutes les Andes du Sud (3 706 mètres d’altitude).


Alors, lequel de ces 10 lieux insolites vous tente… tous ?

Me consulter pour un voyage