Algunos símbolos

Argentina y Chile, dos países con símbolos y tradiciones bien codificados

¿Las argentinas… las mujeres más bellas del mundo?

Fantasmas para algunos, «Crueles» realidades para otros, ¿leyenda? A escuchar los argentinos eso deja lugar a duda… Son muy orgullosos y es necesario medir a menudo lo que dicen… Mejor sería que se hagan una idea por su mismo.

Bonitas y sonriendo… el arte del «piropo» es algo de innato en los Argentinos… no intenten imitarlos, serán seguramente ridículos al final. Pero, ¿que es esto el «piropo» me dirán? Es la seducción versión Sudamérica con una mezcla de romanticismo y poesía; más un juego que de la draga para decir justo. Los argentinos y sobre todo los «porteños» (habitantes de Buenos Aires) les gustan deslizar (más o menos con fuerza) elogios a las lindas mujeres quienes cruzan en la calle… ¡y allí atención! Hay siempre un juego de palabras, un piropo, una bonita metáfora que tendrá su efecto sobre las mujeres más a prueba de calor. Las argentinas responden a menudo por una sonrisa de soslayo, que justificará al aspirante que debe contestarse de más bonita por un nuevo «piropo». A los argentinos les gusta este juego de seducción y las argentinas se complacen en estas pequeñas frases en consideración suya… Las argentinas se visten en consecuencia y revelan pues su silueta, para la felicidad de los ojos y de todos.

Los argentinos, o debería decir los habitantes de Buenos Aires carecen seguramente de señales… demasiado orgullosos de ser el pueblo de América Latina y lo más cerca posible de Europa, intentan más seguir u anticipar los métodos del viejo continente que de definirse a sus culturas y fuertes hábitos con todo tan a mis ojos. Esto que es por supuesto el caso por lo que los «Porteños» o muchas fórmulas corren sobre este tema… mi preferida es ciertamente: «Los argentinos, estos italianos que hablan español y que sueñan ser ingleses…».

Todo el arte del mate y su beneficio en las relaciones humanas

El mate símbolo argentino

Pero, ¿qué es el mate?

El mate es la «bebida» más popular en Argentina. Verán a mucha gente beber, aún más en Uruguay, en Paraguay, en el sur de Brasil y un poco menos en Chile. No es una bebida en el primero sentido del término. ¿Por qué? Y bien simplemente porque nadie bebe el mate en Argentina para calmar su sed. Es un hábito, un ritual propio. El mate es todo el contrario de lo que es la televisión: si están con alguien, permite conversar, y permite reflexionar si están solos. Cuándo alguien visita a una persona en Argentina, la primera frase será «hola», el segundo será «¿unos mates?»

Esto sucede en todos los hogares de Argentina. Tanto en los ricos como en los pobres, entre joven gente y personas de la 3.o edad. Es la única cosa que pueden compartir los padres y sus hijos sin disputarse o estar en desacuerdo. Los más puros Peronistas y radicales pueden servir el mate sin buscarse.

Beber mate requiere 4 cosas indispensable: el mate, que es en realidad el recipiente o llamado también «calabaza», él allí en uno de lleno de clases, más o menos decorativos, y de tamaños diferentes. La hierba del mate («yerba mate»), varias marcas posibles, pero todas vienen de los mismos cultivos de la provincia de Misiones en el norte del país. La «bombilla» que es un tipo de paja metálica con la cual se bebe el mate. En fin «la pava» o «termo» que permite guardar el agua a temperatura próxima a la ebullición.

Hay siempre un «cevador», que es la persona que prepara y sirve el mate. Cuando no quieren más mate de un simple «gracias» bastará. Se comienza a dar el mate a un niño cuando lo reclama. Se le dará más bien tibio, con bastante azúcar (para que el mate sea menos amargo), leche al lugar del agua, y se sentirá como un gran muchacho o como una gran muchacha. Todos los padres experimentan un gran orgullo cuando ven por primera vez a su progenitura tomar mate.

A continuación, los años pasando, estos niños que se han convertido en adultos, elegirán de beberlo amargo o azucarado, muy caliente o al contrario frío («tereré»), con la piel de naranja o jugo de limón por ejemplo. Cuándo dos personas toman mate por primera vez juntas, para no que tome el riesgo de decepcionar, el «cevador» (que es en principio el que recibe) preguntará siempre «¿Dulce o amargo?». El otro responderá ciertamente: «como lo tomes vos».

La «yerba» es lo que encontrará seguro yendo en la casa de un argentino, en un cajón o sobre un estante. Siempre. Y si llega de no tener hierba mate, un vecino tendrá inevitablemente y dará.

En Argentina y en Uruguay, el hecho de convertirse en un hombre es día bien especial. Nada que ver con el hecho de seguir estudios a la universidad, o de vivir lejos de sus padres, o también de equiparse diferentemente. En estos dos países, los niños se convierten en adultos cuando experimentan la necesidad de beber algunos mates; solos. No es la casualidad… este día, cuando pondrá «la pava» sobre el fuego y se preparará sus primeros mates para si mismo, sin la presencia de nadie, durante estos largos minutos, descubrirá que tiene un alma. Experimentará un sentimiento muy diferente de todos, y será un momento especial.

El ritual del mate es una linda demostración de valores

  • Es la solidaridad soportar mates sin gusto («lavados») porque el debate es bueno. El debate, pero no el mate.
  • Es el respeto de estos momentos para hablar y escuchar, usted habla mientras que el otro sirve el mate y viceversa.
  • Es sincero decir: «¡Che, cambiá la yerba!», ya que el mate no tiene más gusto.
  • Es la amabilidad pedir estúpidamente «¿está caliente, no?».
  • Es la modestia para saber quién sirve el mejor mate.
  • Es la generosidad dar hasta el final.
  • Es la hospitalidad, la invitación.
  • Es la obligación de decir «¡Gracias!», al menos una vez al día.
  • Es una actitud ética y honesta, encontrarse sin mayores pretensiones que compartir.

Una identidad fuerte…

El barrio de La Boca

El barrio de Buenos Aires le plus populaire à mes yeux est celui de La Boca. Quartier pauvre de Buenos Aires, il abrite de nombreux habitants originaires d’Italie et d’Espagne. Aujourd’hui, le quartier de La Boca est très prisé par les touristes qui viennent admirer en masse les façades colorées des maisons, et apprécier le rythme de vie animé du quartier. La Boca est également mondialement connue pour son club de football, le Club Atlético Boca Juniors, ainsi que son terrible stade, La Bombonera. L’occasion pour moi de vous parlez de la passion commune à tous les Argentins : le football et bien sûr de Diego Maradona.

Diego Maradona

Vous serez vite surpris de voir ne nombre de téléviseurs dans les bars, les restaurants, les lieux de rassemblement qui diffusent des matches de football. L’Argentine est, à mon sens, le pays qui montre le plus la passion pour ce sport. C’est franchement impressionnant. L’idole de tous est bien sûr Diego Armando Maradona, né le 30 octobre 1960 à Buenos Aires, surnommé «El Pibe de Oro» («Le gamin en or»), Pelusa, Dieguito, ou encore Le Maître. Il est considéré, là-bas et ailleurs, comme le plus grand joueur de football de tous les temps.

Le Tango

La première image que vous aurez de l’Argentine, sera sans doute sa capitale – Buenos Aires – L’occasion pour moi de vous parlez de quelques personnages et coutumes liés à cette ville : Buenos Aires et le Tango sont indissociables.

Les argentins peuvent être fiers de maîtriser certainement la danse la plus complexe au monde. Le Tango est une culture. Le résumer à la musique et à la danse serait évidemment réducteur. Les argentins ont coutume de dire que la danse sert avant tout à valoriser la femme dans sa féminité et sa sensualité. Le rôle de la femme est donc de profiter du guidage de son partenaire et des pauses pour exprimer sa fantaisie et son caractère. Assister à une Milonga à Buenos Aires sera un moment fort de votre voyage. Je vous le conseil fortement. Et vous aurez envie, tout comme moi, de suivre des cours de Tango. Je vous le dit tout de suite, c’est dur ! Parmi les compositeurs les plus célèbres de Tango, je citerai : Astor Piazzolla, Osvaldo Pugliese, Aníbal Troilo et bien sûr Carlos Gardel.

La Peña

Vous devez absolument vous rendre à une Peña en Argentine. La peña, c’est un endroit très populaire où vous pourrez écouter du folklore. Souvent un ou deux musiciens, quelquefois plus. Le public et les musiciens ne font souvent qu’un. Les rythmes qui s’y jouent sont souvent «samba» et «chacarera». Très rythmés, les musiciens chauffent toujours l’ambiance aux cris de «arriba las palmas» / la traduction est difficile mais vous verrez alors tout le monde frapper dans les mains !!! L’ambiance dans une «peña» est à connaître absolument. Parfois la musique s’arrête d’un coup et l’un des musiciens crient «Aro aro aro !!!…». Quand vous entendrez cela, c’est le moment où n’importe qui peu prendre la parole pour raconter une petite «blague».

Mais attention ce sont toujours des blagues très spéciales, un peu «cochonnes», souvent machistes, les «belles mères» sont rarement épargnées et c’est toujours la sur enchère. Souvent l’un des musiciens terminera par un «aro» et quand il jugera que le temps des «blagues» est passé, la musique reprendra de plus belle avec en bruit de fond les rires souvent gras des personnes présentes dans la salle. Bien sûr la bière coule à flot et ce jusqu’au petit matin… Les plus «fortes» peñas se trouvent dans le Nord-Ouest Argentin et en Patagonie.

Les empanadas

Vous aurez aussi la possibilité de manger l’une des spécialités argentines et chiliennes : les empanadas. Les empanadas sont de petits chaussons de pâte farcis de viande, de poisson, d’œufs, de pomme de terre ou d’autres ingrédients. On les retrouve dans la cuisine espagnole traditionnelle et un peu partout en Amérique du Sud avec quelques variantes. Le nom vient du verbe espagnol «Empanar», ce qui signifie fourrer ou habiller avec du pain. Traditionnellement, les empanadas étaient élaborées à partir d’une pâte à pain mais, de plus en plus, on utilise la pâte feuilletée. On les sert chaudes, en hors-d’œuvre, et bien souvent elles peuvent servir pour un repas entier.

En Argentine, le bord des empanadas est festonné quand elles sont farcies de viandes hachées, de raisins, de fromage, de légumes, de thon, d’olives, d’oignons, assaisonnées de poivre, de cumin… On les achète souvent par douzaine ou demi-douzaine.

Au Chili, La empanada est une variante de celle qu’on connait en Argentine, elle se compose d’une masse de farine de blé, qui contient à l’intérieur de la viande avec des oignons, un quartier d’œuf dur, olives et raisin sec et elle est cuite au four, il existe également une version frite dans de l’huile et la recette de la pâte varie un peu. Une recette assez commune d’empanada se prépare au fromage rappé.

Il existe d’autres formes d’empanadas avec des fruits de mers, surtout durant la Semaine Sainte. Elles sont composées de légumes, de la confiture de fruit (poire, pomme), ou pommes récoltées dans le Sud, mais en général, la coutume est de consommer habituellement et massivement, avec du fromage, qui se fait toujours avec du millefeuille.

Le Gaucho

Le mythe du gaucho est attaché à l’Argentine, notamment à la Pampa, ces grandes plaines situées à l’ouest et au nord du pays. Il représente la figure du «cow-boy» de l’hémisphère sud, les symboles de la liberté et des grands espaces.

L’étymologie du mot «gaucho» n’est pas claire, venant probablement d’un mot indien voulant dire orphelin. A l’origine, ce terme était employé pour qualifier des bandits avant de devenir le nom des gardiens de troupeaux. Les premiers gauchos étaient généralement des métis issus de populations indiennes et de colons espagnols. Les gauchos ont acquis un grand prestige lié à leur rôle dans la guerre d’indépendance contre les forces royalistes espagnoles.

Au 19ème siècle, le développement du pays et des élevages a contribué à sédentariser les gauchos, à les confiner dans des espaces clos pour en faire des paysans. Depuis, les gauchos vivent au cœur des estancias, ces vastes exploitations qui sont aujourd’hui au nombre de soixante en Patagonie, et qui incarnent l’aristocratie terrienne. Ce sont les estancias qui ont introduit l’élevage de moutons en Patagonie, au siècle dernier, bien après que celles de la Pampa aient développé l’élevage de bovins.

Aujourd’hui, les troupeaux de moutons peuvent atteindre quelque 50 000 têtes, et la production de laine constitue l’un des moteurs essentiels de l’économie de l’Argentine, et l’une des exportations les plus importantes après les céréales. Durant l’année, les gauchos habitent à des kilomètres à cheval de la ferme centrale, et sont responsables d’une parcelle de la propriété. Ils habitent une maison en bois, parfois avec leur famille. Ils possèdent plusieurs chevaux et des chiens de berger.

Leur quotidien se passe à cheval, à surveiller les troupeaux de manière solitaire, compter le bétail et contrôler l’état des clôtures. Les bêtes vivent en semi-liberté, lâchées sur d’immenses superficies pour être rassemblées plusieurs fois par an, ce sont les transhumances.

Ainsi, au début de l’été austral, les gauchos conduisent les immenses troupeaux vers la ferme centrale des estancias pour qu’ils y soient tondus. Cet épisode de la vie des estancias est très spectaculaire et rassemble tous les protagonistes des estancias qui attendent cet événement avec impatience car il rompt la monotonie quotidienne. A cette occasion, les gauchos emmènent leurs troupeaux respectifs, puis les reconduisent après la tonte vers leur domaine attitré, alors que la laine est expédiée par bateau vers leur pays d’importation.

Autres symboles…

L’Argentine et le Chili ont respectivement leur route mythique, la Carretera Austral en Patagonie chilienne et la Route 40 en Argentine.

La Route 40

La Route 40 est une importante voie routière d’Argentine qui traverse le pays du Nord au Sud, depuis le Cap des Vierges «Cabo Vírgenes» à l’extrême Sud de la Patagonie jusqu’à La Quiaca à la frontière bolivienne en province de Jujuy. C’est une grande route mythique qui court parallèlement à la Cordillère des Andes, reliant les parcs nationaux les plus importants. C’est la route la plus longue du pays, traversant le territoire dans sa plus grande longueur, parcourant plusieurs des régions touristiques et des attraits principaux du territoire.

La Route 40 fait plus de 4 928 km, commençant en Patagonie au niveau de la mer, traversant 20 parcs nationaux, relie 27 cols andins et monte jusqu’à plus de 5 000 mètres d’altitude, au niveau du col de «Abra del Acay», dans la province de Salta.

La Route 40 passe par El Calafate, le Glacier Perito Moreno, le Lac Puelo, la ville de El Bolsón, San Carlos de Bariloche, Villa La Angostura. Elle fait partie de la Route du Vin «Ruta del Vino» à Mendoza. Elle conduit aux gisements fossiles de dinosaures en province de San Juan, aux sources thermales de Catamarca, à Tafí del Valle, aux magnifiques Vallées Calchaquíes, à la Quebrada de Humahuaca, patrimoine de l’Humanité, ainsi qu’à la Puna. A l’instar de la légendaire Route 66 des États-Unis, la RN 40 «Ruta Numéro 40» est un des symboles et un emblème de l’Argentine.

La Route Australe

La Route Australe «Carretera Austral» longe la côte pacifique sur 1 200 km et n’est, souvent, pas plus large de 2 mètres. Une route de rêve pour les amis de la nature et les aventuriers. Sur cette route, les voyageurs passent près de fjords, de glaciers et de volcans, traversent la forêt tropicale et la Pampa chilienne, découvrent des rivières agitées et des falaises profondes. La Carretera Austral commence à Puerto Montt, continue en serpentant le long de la côte pacifique. Un ferry permet de rejoindre, de l’autre côté de la mer, les villes portuaires que la Route Australe relie à des villages de pionniers. La route cherche ensuite son chemin à travers des parcs nationaux et des pâturages, des montagnes rocheuses couvertes de neiges éternelles et des charmantes vallées avant de se perdre, à la frontière argentine, dans le village de Villa O’Higgins.