Argentine Chili

Histoire du Chili et de l'Argentine

Un peu d'histoire...

Vous verrez un peu partout au Chili et en Argentine des places, des rues voire des sites naturels portant le nom de deux personnages célèbres pour ces deux pays :

Bernardo O'Higgins Riquelme (20 août 1778 - 24 octobre 1842) était un officier militaire chilien. Il est considéré comme l'un des Pères de la Patrie Chilienne car il fut l'une des figures militaires fondamentales de l'indépendance et le premier chef d'état du Chili indépendant. Il dirigea le pays sous le titre de Commandeur Suprême entre 1817 et 1823, date à laquelle il se retira volontairement de la présidence afin d'éviter une guerre civile. À la suite de sa démission, il s'exila au Pérou, où il resta jusqu'à sa mort en 1842. Son nom d'origine, Ó Huiggín en gaélique, fut changé en O'Higgins par les anglais car ils n'arrivaient pas à le prononcer...

ohiggins

José de San Martín est né le 25 février 1778 à Yapeyú, au bord du Río Uruguay, dans la province actuelle de Corrientes qui faisait partie de la vice-royauté du Río de la Plata. Il se rend en Espagne, avec ses parents en 1786, où il entre au Séminaire des Nobles de Madrid. En 1797, il obtient le grade de sous lieutenant en récompense de ses actions face aux Français dans les Pyrénées.
En 1808, les troupes de Napoléon envahissent la Péninsule et le Roi Ferdinand VII est fait prisonnier. C'est alors qu'éclate la rébellion du peuple espagnol contre l'Empereur et son frère Joseph Bonaparte, qui venait d'être proclamé Roi d'Espagne. Remarqué par ses faits d'armes contre les Français, il accède au grade de capitaine du régiment de Bourbon. L'armée attaque les troupes françaises et les bat au cours de la bataille de Baylen, le 19 juillet 1808. San Martin s'y distingue.
Il fait connaissance de Lord Macduff, un noble écossais, qui l'introduit auprès des loges secrètes qui complotaient pour l'indépendance de l'Amérique du Sud.

san martin

Il fut nommé commandant en chef de l'Armée des Andes et le 12 janvier 1817 débuta depuis Mendoza la traversée des Andes en direction du Chili. Le 14 février, le cabilde de Santiago composé des notables locaux voisins le nomma Directeur Suprême du Chili. San Martín sachant que l'acceptation de cette charge l'empêcherait de participer à la libération du Pérou refusa cette charge. Ainsi, deux jours plus tard le cabilde de Santiago nomma Bernardo O'Higgins Directeur Suprême.
En mars, San Martín retourna à Buenos Aires pour solliciter l'aide du Directoire pour continuer son expédition libératrice du Pérou. Le gouvernement de Buenos Aires lui promit en principe de collaborer, mais étant donné la situation chaotique et de guerre civile qu'affrontait Buenos Aires avec les provinces, il se vit plus tard dans l'impossibilité de tenir parole. Ainsi ce sera le Chili qui assumera tous les frais de l'entreprise et donnera à San Martín mandat pour la mener à bien, avec le grade de Capitaine Général de l'Armée du Chili.
À son arrivée à Buenos Aires on l'accusa d'être devenu un conspirateur. Le 10 février 1824, il s'embarqua pour Le Havre, en France. Il avait 45 ans et était Généralissime du Pérou, Capitaine Général de la République du Chili et Général des Provinces Unies du Río de la Plata. Après une brève période à Londres, ils s'installèrent à Bruxelles et peu après à Paris.
Durant ses années d'exil, San Martín garda le contact avec ses amis de Buenos Aires. À la nouvelle, en 1827, de la guerre que l'Argentine menait contre le Brésil, il proposa de rentrer pour participer à la lutte, mais jamais on ne l'appela.
En 1828, il tenta de revenir à Buenos Aires, mais ne parvint pas à débarquer. Pendant trois mois, il resta à Montevideo.
En 1831, il s'installa en France dans une propriété de campagne près de Paris. Trois années plus tard il déménagea pour une maison à Évry dans le quartier de Grand-Bourg, où il résida jusqu'en 1848. Finalement, en mars il partit pour Boulogne-sur-Mer, où il décéda le 17 août 1850.

Précédent : Présentation
Suivant : Traditions
Voyage Perou Bolivie Voir aussi les voyages au Pérou et en Bolivie...

Borispatagonia

Voyages en Patagonie à la carte en toutes saisons. Par exemple, selon le climat, de Bariloche, en Patagonie argentine, il est possible de gagner Puerto Montt, au Chili, en traversant successivement trois lacs en bateau, comme le faisaient les jésuites et les premiers colons allemands. Je vous propose une excursion qui mène jusqu'à l'océan Pacifique. Elle est assez longue, mais la beauté des sites - forêts, volcans et lacs cristallins - est telle qu'elle vaut la peine d'être faite. Du côté argentin, on traverse le bras ouest du Nahuel Huapi ainsi que le lac de Puerto Alegre et, du côté chilen, le lac de Todos los Santos. On passe d'un lac à l'autre en bus. Cette excursion est réalisable en toute saison mais, en hiver, il faut compter deux jours pour atteindre Puerto Montt, avec un arrêt d'une nuit à Peulla. On regagne Bariloche par avion ou par le même chemin, après une nuit à Puerto Montt. Borispatagonia se charge également des visas pour entrer au Chili et de réserver les hôtels. En Patagonie, hiver et été sont des saisons touristiques. En été, outre la découverte des alentours, de nombreuses activités sont praticables : escalade, pêche en torrent, voile, équitation, randonnées, chevauchées, visites d'Aciendas... En hiver, la principale activité est, bien entendu, le ski, surtout en juillet et août du côté de la Cordillère des Andes, mais pas seulement : des randonnées en raquettes, des circuits thématiques, des nombreuses balades pour admirer la beauté de La Patagonie argentine et chilienne en cette saison, dû par une lumière si particulière, la chaleur des habitants de la Patagonie...